« Un aristocrate ne se comporte jamais comme s’il était seul, un bourgeois se comporte comme s’il était seul aussitôt que les autres ont le dos tourné, et un plouc se comporte comme s’il était seul en toute occasion. » Philippe Bartherotte

Il est temps, après avoir dressé le portrait du malotru, de nous attaquer à celui du beauf. Ami lecteur, afin que tu sois prévenu, je ne ferai pas de distinction entre le plouc et le beauf car ces deux espèces sont trop proches et que je ne suis pas non plus anthropologue.

Donc, voici quelques précieux conseils pour reconnaître le beauf dans diverses occasions de la vie de tous les jours.

1. Le premier point, je dirais d’ailleurs qu’il est essentiel, c’est le look. En effet, le beauf aime à arborer des coiffures toutes plus magnifiques les unes que les autres: l’indémodable mulet (encore plus seyant sur cheveux frisés), l’indétrônable queue de rat et, pour les femmes, la magnifique décoloration maison donnant à la chevelure une splendide couleur paille, et la texture qui va avec. De plus, notre esthète porte un soin tout particulier à ses vêtements, se tenant à la pointe de la mode et du bon goût. Ainsi, ces dames aimeront parader en leggins, pourquoi pas léopard ou zèbre, avec des talons aiguilles. Il n’est pas rare qu’un décolleté en dentelle y soit associé afin de créer une tenue du plus bel effet. Pour ces messieurs, le classique bermuda avec des imprimés improbables, assorti à des sandales-chaussettes ou des tennis de couleurs criardes, est toujours très en vogue. En haut, il est assez courant de voir un tee-shirt avec des inscriptions d’une classe certaine du genre « F.B.I, Female bureau of Investigation » ou « Je suis vierge, mais ce tee-shirt est vieux ». Classe et distinction donc. Pour les accessoires, plus c’est clinquant, mieux c’est et si on voit la marque (Guess par exemple), c’est encore mieux!

2. Le beauf aime les grosses voitures, et si possible chères. Oui, il est toujours mieux que le citoyen lambda puisse être ébloui devant les possessions de notre ami. Aussi, les Mercedes, BMW ou Audi sont très prisées. Si elles sont dans des couleurs criardes (pour être assorties aux chaussures, suivez un peu!), c’est encore mieux. N’oublions pas que le but est de se faire remarquer! C’est donc pour cela que l’homme de goût ne va pas hésiter à mettre la musique à fond (Maître Gims ou Kendji Girac), rouler comme un con -les limitations de vitesse c’est so has been! Rouler à 90 en ville, c’est la vie!- faire crisser ses pneus (ah la classe de la gomme sur le bitume…), prendre les virages sur deux roues etc… Bien évidemment, le beauf ne se soucie pas de la sécurité des autres usagers de la route, faut pas déconner! On vous rappelle que celui-ci se comporte toujours comme si il était seul.

3. Le plouc aime montrer son corps gonflé par les heures passées en salle de sport, il a donc des pectoraux avoisinant la taille des seins de Nicki Minaj, des tablettes de chocolat faisant de l’ombre à Milka et des biceps ressemblant à des ballons de baudruche. Pour que tout le monde voit bien cette musculature de rêve, notre apprenti Schwarzi adore se promener torse nu, ou en marcel tellement moulant qu’on voit le nombril, dans des lieux adaptés à cette pratique comme la rue ou les supermarchés. Il peut alors rouler des mécaniques devant les femmes qui, naturellement, bavent d’envie.

4. La beauf, quant à elle, affiche un maquillage discret et d’un goût certain: teint orange carotte, paupières bleu canard, joues rouge brique et lèvres roses brillantes (plus y a de gloss, mieux c’est). L’important n’est donc pas d’avoir un maquillage sublimant le visage mais qui se voit. Le parfum est à l’avenant, plus c’est capiteux et tenace, plus cela plait.

5. Notre plouc mâle, musclé et bien habillé donc, est un être irrésistible. Ayant conscience de son sex-appeal sans limite, il n’hésite pas à interpeller ses proies avec beaucoup de distinction. Le « t’es bonne » et le sifflement sont donc des pratiques courantes, comme la main au popotin qui fait toujours plaisir à celle qui la reçoit. Notons que si la femelle désirée se rebiffe, il n’est pas rare qu’elle se fasse traiter de salope par notre gentleman car on ne résiste pas à cet Apollon.

6. Quand notre spécimen a réussi à ferrer une femelle, il sort le grand jeu: le restaurant. La femelle, pour peu qu’elle n’ait pas repéré à qui elle avait à faire, va donc se préparer à dîner dans un endroit sympathique. Quel sera son ravissement quand le bodybuildé, vêtu de ses plus beaux atours et brushingé de frais, l’emmènera dîner au Flunch, restaurant 4 étoiles bien connu. La veinarde aura même droit à des frites à volonté!

7. Le beauf adore le cul et le fait savoir. Ainsi, les blagues sexistes et salaces vont bon train. Bien entendu, il ne les réserve pas à un public restreint et en fait profiter tout le monde, enfants, mamies et inconnus compris. Il peut aussi en faire profiter tout son entourage professionnel ce qui ravi son patron et ses collègues, heureux de fréquenter un tel boute en train.

8. Le beauf adore l’humour (cf article précédent) et n’hésite pas à vous rejouer tous les sketchs qu’il a entendu sur Rire et chansons.

9. Il adore Johnny, Patrick Sébastien, Francky Vincent (cf article 7), Carlos et Eric Zemmour (non, je ne m’égare pas). Dès qu’il peut il vous chante leurs répertoires (sauf Zemmour qui ne chante pas… Manquerait plus que ça d’ailleurs!).

10. Le beauf déteste les pédés (à prononcer en postillonnant sur le p) et les gouines qui auraient bien besoin d’un bon coup de bite, hein. D’ailleurs, il rajoute souvent que si il les avait tirées elles ne le seraient pas, évidemment. Comme il se doit, il adore les blagues homophobes et racistes car il aime l’humour.

11. Le beauf aime les campings et leur ambiance raffinée… Il est féru de bals, de concours de tee-shirts mouillés, de spectacles de danse country et de fête de la moule (non, rien à voir avec l’article 7, je parle de l’animal, bande de dégoûtants!). Tous les ans il retourne d’ailleurs dans le même camping où l’emplacement de la caravane est réservé depuis des générations, tous les étés à la même date.

12. Il parle fort, surtout dans les endroits calmes, genre restaurants ou églises et il rit gras. La discrétion est un mot inexistant dans son vocabulaire.

Grâce à cette petite liste non exhaustive mais, quand même, précise vous aurez compris que le propre du plouc est de se croire tout seul en toutes circonstances. Bon courage pour supporter ceux que vous allez croiser au détour d’un chemin. Que la force soit avec vous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s