“La vie, on sait bien ce que c’est : un amalgame saugrenu de moments merveilleux et d’emmerdements.” Roger Martin du Gard. Tome 5

Pause. Clope. Soleil.
Ava, t’as pas trop de parents de ta classe qui te demandent des rendez-vous là? Nan. Putain mais moi j’en ai plein! Et des gens que j’ai déjà vu en plus, 4 fois pour certains. Laisse moi deviner, des femmes, nan? Heu ouais… Ben voilà!  C’est pas pour leurs gosses qu’elles viennent, beau gosse!

Chuis bo
J’y crois pas comment chuis bo
Le Mec parfait, zéro défaut
Putain comme chuis bo
Chuis bo
J’y crois pas comment chuis bo
Je sais qu’tu veux ma photo
Regarde comme chuis bo

Téléphone. Café. Soir.
Nan mais laisse tomber, le mec, sa sérénité elle fait la sieste.

Fallait rester Zen. Soyons Zen,
Du sang froid dans les veines, soyons Zen
Plus de chocs à la chaîne.
Zen, restons Zen,
Du calme à la vie comme à la scène,
Sans amour et sans haine.

Message. Amie. Sens de la formule.
De toute façon ce mec est merveilleux : d’une part il est décisionnaire de tout, d’autre part il n’est responsable de rien. Costaud ça quand même !!!

J’ai douté des détails, jamais du don des nues
Des corps, des esprits me reviennent
Des décors, des scènes, des arènes
Hantez, hantez, faites comme chez vous, restez
Si tout devient opaque
Ma reine, ma reine
J’ai bien aimé ta paire de claques
Et surtout ton dernier baiser

Café. Terrasse. Copine. Poésie.
Y a un mec qui m’a draguée aujourd’hui. Ah! Cool! Raconte… Mais t’as pas l’air jouasse, tu dis ça sur un drôle de ton. Il est laid? Ah nan, nan. Il est carrément bien. Grand, brun, ténébreux, bien gaulé, tatoué, gueule d’ange. Bref, canon. Beh alors, il est con? Qu’est ce qui ne va pas? Oh bah rien du tout, il m’a juste dit,comme ça, dans la conversation: « Toi, tu vas te la prendre la faciale! » Oh putain, immonde!!! Tu rigoles?! Nan nan. Mais vous parliez de cul? Nan, absolument pas! Mais ça va pas? Sérieux, mais on va lui péter les dents! Calme toi, tu vas nous faire un ulcère. Mais t’es pas super vénère? Non, même pas, juste outrée et navrée pour lui. Surtout que le mec a voulu faire son pseudo intello tendance Bukowski/ Sade en me citant Higelin. Hein, il t’a dit quoi? Que ça allait tomber du ciel direct sur ta gueule? Ah ah ah. Non, il m’a dit qu’il ne bandait que pour l’illicite, que seul l’interdit l’excitait. Ah ouais, je vois le genre. Le mec se prend pour un rebelle anar adepte du marquis. Génial. Il a dû croire que ça allait plaire aux meufs, genre « putain le mec trop wild! ». Ouais, tu penses, je suis charmée. Sans déc! Mais sérieux, à quel moment il a cru que ça allait marcher et que j’allais lui dire « Mais super, allons y mec! J’en rêvais, comme toute femelle qui se respecte! ». Nan mais oui. Faut dire qu’on y pense jamais assez à la faciale… Y a quand même des pains dans la gueule qui se perdent. Grave.

Le jerrican est plein donc monte sur ma bite ma lady
T’es ma tass’ pas ma lady
Tu vas hurler lady
Tu vas crier lady
T’es ma bitch pas ma lady
Tu vas crier lady

Téléphone. Thé. Clopes.
Le mec se réclame du polyamour. C’est quoi cette connerie? C’est comme polythéiste? Ouais, t’as tout compris. Ah, ok. Donc c’est une façon politiquement correcte de dire qu’on est pas fidèle quoi? Ouais. En gros. Et de dire que tu veux un plan cul quand t’es pas capable de l’assumer. Magique ce que les gens sont capables d’inventer. Grave. Note par contre qu’ils inventent pas la polyintelligence! Ah ah ah.

Croyez-vous que je sois jaloux ? Pas du tout, pas du tout !
Moi j’ai un piège à fille, un piège tabou
Un joujou extra qui fait crac boum hu
Les filles en tombent à mes genoux

Vin. Soir. Makis.
Je le croise dans les couloirs et là je lui demande si La Peste fait bien partie des étapes de l’absurde, j’avais un gros doute. Là, le mec me sort: « Tu sais Camus c’est plus de la littérature, je suis philosophe moi ». Nan mec détends toi, t’es prof de philo, ça va pas pisser plus loin. Mais sans rire? Tu crois que je peux dire que je suis historienne, vu que j’ai une licence d’histoire? Bah vas y, hein, fais toi plaiz! Moi je vais dire que je suis écrivain, tu comprends je rédige des disserts!

 
De port en port, de quai en quai
J’ai rencontré de drôles de gnomes
Des intellos qui confondaient
C.G. Jung avec C. Jérôme

Café. Potes.
Nan mais sans déc, je te jure la totale: la meuf qui fait tous les festivals, qu’a un piercing qui est interdit par la fashion police depuis les années 2000, qui trouve classe de se décrire comme pilier de bar. En fait, la meuf c’est Zaz quoi.Nom de Dieu! Ouais, non, par contre steuplé, laisse le où il est lui. Ouais, ça m’a échappé. J’ai vu. Ouais, mais en fait tu vois, c’est intéressant, on apprend qu’y a des mecs qu’ont envie de sauter Zaz quoi. Nan, mais, les meufs, faut que je vous dise, aucun mec n’a envie de sauter Zaz. Bah, si! La preuve. Ouais, ben vous m’excuserez mais j’y crois pas. Pas possible quand t’as passé 20 berges.Y a des limites, même quand t’es dalleux quoi! Beh faut croire que non.

J’en ai marre d’vos bonnes manières, c’est trop pour moi!
Moi je mange avec les mains et j’suis comme ça!
J’parle fort et je suis franche, excusez moi!

Apéro. Copine.
T’es fatiguée? Ouais. Ben ça s’entend,  ça se voit. Ouais, je suis au courant. Y a un moment où même le maquillage ne peut plus rien faire pour toi. Merci! Ouais. Tu dors? Tu me fais un interrogatoire là bichette? Ouais, c’est vrai que ça y ressemble. C’est ça. T’as pas envie de parler quoi? Bah, si, je parle. Tu sais ce que je veux dire. Oui. Donc non. Tu sais, y a plein de gens qui savent que tu dis vrai, hein. Tes potes, même tes collègues. Pourquoi tu me dis ça? Parce que je sais si tu parles pas c’est parce que tu supportes pas tout ça, de pas avoir été comprise, qu’on doute de toi. Ouais. Et? Ça change quelque chose? Ça change quelque chose que toi tu saches, ou que mes potes sachent? Ça change rien! Ça va rien arranger! Alors j’ai juste pas envie de parler. Fais comme si on en avait parlé, puis voilà. Ouais enfin… Non!!! Fais comme si. Ok. Du coup, on fait quoi? On picole? Ouais, on fait ça.

Aujourd’hui, je n’ suis plus la même
J’ai mes produits, j’ai plus d’ problèmes
Plus rien à foutre des connards
Qui m’ tiennent la jambe, tout pleins de haine
Franchement, mais cons comme des baleines !
L’ennui, c’est que j’ ne dors plus sans
Quand j’en ai plus, je suis à cran
Je crie, je fouille tous les placards

Message. Bio.
Oh putain je hais les roots bouffeurs de racines et de graines.

En espérant qu’au fond de tes yeux ternes
Tu puisses y voir un petit brin d’herbe
Et les mans faut faire la part des choses
Il est grand temps de faire une pause
De troquer cette vie morose
Contre le parfum d’une rose

Message. Langue étrangère.
Ce mec est infernal de connerie. Comme si il parlait une autre langue (une langue de cons).

Je suis seule à crever, et je sais où vous êtes
J’arrive, attendez-moi, nous allons nous connaître
Préparez votre temps, pour vous j’ai tout le mien
Je voudrais arriver, je reste, je me déteste
Je n’arriverai pas,
Je veux, je ne peux pas

Voiture. Poésie. Copine.
Le mec m’a dit: « Toi avec ta bouche là, j’aimerais bien te voir tirer sur autre chose qu’une clope ». Mais sérieux?! C’est juste gradingue. Non, tu penses. C’est tellement classe et charmant. Puis, tu te sens bien, respectée, valorisée, tout ça… Tu m’étonnes. Ils ont quoi à la fin les mecs? J’en sais rien… Overdose de pornos? Ouais, ça doit être ça!

Ho tu vas prendre!
Je vais t’en mettre pour 10 ans
Tu raconteras à tes enfants
Ho tu vas prendre!
Oui tu vas prendre
J’espère que tu es véhiculée
Parce que tu pourras plus marcher
Ho tu vas prendre!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s